AGENDA

AGENDA


DÉCOUVREZ

DÉCOUVREZ


ENTREPRENEZ

ENTREPRENEZ


CONTACT

CONTACT


Accrobranche

Un parc unique dans le département...

Auzon communauté aménage, pour Pâques prochain, au bord du plan d’eau de Champagnac-le-Vieux, un grand parc accrobranche qui disposera de la deuxième plus grande tyrolienne d'Auvergne derrière celle de Super Besse.

« Créer un parc accrobranche, c’est bien, mais il fallait qu’il dispose de quelque chose qui le distingue des autres. » Yannick Dupoux, en charge des projets et activités physiques et de pleine nature au sein d’Auzon communauté, admirait récemment l’installation de ce qui s’annonce comme la grande attraction du futur parc de Champagnac-le-Vieux : une tyrolienne de 410 mètres, qui descendra sur une pente de 3 %.

Le départ se fera au niveau du sol, au cœur du parc. La ligne passera au-dessus du plan d’eau et de la D5 pour s’arrêter sur un arbre, à 19 mètres de haut. Le retour, par une autre tyrolienne, se fera à partir d’un arbre contigu, sur une distance de 270 m. Par sécurité, cinq autres arbres environnants servent à haubaner ce duo.

Il s’agissait du dernier atelier installé par la société 2VG aventure de Saint-Paulien et ses sous-traitants sur ce chantier lancé début septembre dans le bois surplombant le plan d’eau de Champagnac-le-Vieux. Les travaux devraient s’achever avec l’installation de la cabane qui servira à l’accueil, l’encaissement et l’équipement du public, ainsi que l’aménagement des accès au parc, qui devrait logiquement ouvrir pour Pâques [2021].

Le parc a été aménagé sur une parcelle appartenant à la commune de Champagnac-le-Vieux et quelques arbres localisés sur des terrains privés. Auzon communauté a préalablement signé des conventions avec toutes ces différentes parties. Sa création se fait selon trois phases :

L’aménagement permettant d’accéder au site. Un chemin piéton qui débutera au niveau du parking du plan d’eau. Le terrassement, l’évacuation des eaux de pluies et le bornage du futur chemin ont été réalisés. Un ruisseau alimentant le plan d’eau et passant en lisière du parc a été remis dans son lit naturel. Il ne manque que la cabane de l’accueil, les barrières délimitant le chemin et la végétalisation. Dans l’ensemble du parc, le cheminement, précis, a été réalisé avec des copeaux issus du broyage du bois coupé pour les travaux.

L'installation des ateliers. La deuxième phase, qui vient donc de s’achever, concerne l’installation de l’ensemble des ateliers du parc accrobranche.

La gestion à venir. La troisième phase concerne, elle, la gestion future du parc. Appartenant à Auzon communauté, il sera géré en Délégation de service publique. Les tarifs envisagés « correspondant à ce qui se fait ailleurs. Mais il y aura un tarif préférentiel pour les habitants d’Auzon communauté. »

L’objectif final étant, lui, beaucoup plus vaste : « Faire du tourisme un vecteur de développement économique. À Champagnac-le-Vieux, il y aura une offre avec les circuits de VTT et de randonnée, le plan d’eau labellisé pavillon bleu et le parc accrobranche. Auxquels s’ajoutent le camping et le centre l’Étincelle.

Un parc qui sera divisé en trois zones

Accessible par deux passerelles en bois, une fois la cabane de l’accueil passée, le parc, une fois ouvert, sera divisé en trois parties.

Pour les petits. « Il y a tout d’abord les cabanes dans les arbres et les filets, explique Yannick Dupoux. Des ateliers pour les enfants à partir de 3 ans, accompagnés, accessibles sans équipement. » Au programme : trampolines aériens et toboggans.

Le parc traditionnel. La deuxième partie comporte l’ensemble des ateliers traditionnels. « Avec des niveaux de hauteur variant en fonction de la difficulté. » Six parcours différents, qui « porteront des noms d’animaux », débuteront tous par un escalier en bois et se termineront par une tyrolienne.

Les plus accessibles cheminent à un mètre de hauteur alors que les plus durs montent jusqu’à une quinzaine de mètres du sol. Au programme, six à sept ateliers par parcours. Avec passerelles, slackline, filets, ponts de singe, bascule, échasses, soucoupe volante… « Jamais deux fois le même atelier », précise Yannick Dupoux.

Et une particularité : le sixième parcours n’est composé que de tyroliennes, dont une d’environ 100 mètres et une autre, double, « pour faire la course ».

L’inédit. La tyrolienne géante constitue la troisième partie. Son utilisation sera conditionnée à des limites d’âge, de taille et de poids. L’ensemble des parcours seront sécurisés par une « ligne de vie continue ».

Source -> Journal La Montagne - Pour consulter l'article dans son intégralité : cliquez ici