PAUSE BEAUTE

CAYEZ Anéline
Esthéticienne

 

Anéline Cayez a ouvert son institut de beauté le 30 mai dernier.

Comment êtes-vous arrivée à Sainte Florine ?

Je travaille dans l’esthétique depuis 17 ans. Avant, j’avais un institut dans le Pas-de-Calais et puis j’ai rencontré un Auvergnat alors j’ai vendu mon affaire et je suis venue m’installer ici. Au départ, je cherchais un local à Saint-Germain-Lembron parce que mon fils est au collège là-bas. J’avais trouvé un commerce disponible mais il se trouvait juste en face d’un autre institut donc ce n’était pas idéal. Finalement, c’est mon mari qui a trouvé le local de Sainte-Florine, en allant chercher le pain le matin. Il a vu cet espace, on a appelé, on a visité et j’ai tout de suite su que ce serait le bon !

Comment s’est passée votre installation ?

Au début, j’avoue que j’avais un peu peur de venir en Auvergne mais aujourd’hui, je suis très contente d’avoir déménagé. Les habitants sont très accueillants et j’ai l’impression d’être là depuis 20 ans ! Je ne me sens pas du tout comme une pièce rapportée et si c’était à refaire, je reviendrais ici sans hésiter.

Quels services proposez-vous aujourd’hui ?

Je propose des soins visage et corps, des UV dans un solarium, des ongles en gel et du vernis semi-permanent mais aussi le maquillage de mariées et des modelages. Je vends aussi des produits de beauté et des petits bijoux.

Quels sont vos projets ?

Le local a beaucoup de potentiel car il fait environ 100 m2. C’est surtout pour cela qu’il m’a plu parce que j’avais envie de m'agrandir rapidement. Dans un premier temps, je vais installer un sauna ou un hammam qui sera utilisable dès le mois de décembre. L’année prochaine, j’envisage de me former au maquillage permanent ou à la pose de faux cils parce que j’ai beaucoup de demandes de la part de mes clientes. Je travaille seule mais ma fille de 17 ans passe un CAP d’esthétique et elle va bientôt suivre une formation de prothésiste ongulaire chez Art Beauté à Orsonette. A terme, peut-être qu’elle viendra travailler avec moi à l’institut.