BARBIER MGO investit à AUZON

BARBIER CATHERINE
CHEF D'ENTREPRISE

 

Quelle est la genèse de l’entreprise Barbier MGO ?
Ce sont mes beaux parents qui l’on créé en 1970. Ils ont acheté un terrain et construit un premier bâtiment. Au fil des années l’entreprise s’est agrandie aussi bien en termes de surface qu’en termes de ressources humaines. Aujourd’hui nous sommes douze salariés et nous avons un site qui s’étend sur 760 mètres carrés à Auzon. Mon épouse est la gérante de Barbier MGO depuis 2006 (elle y est entrée en 1995) ; quand à moi je suis venu l’épauler en 2007 après avoir travaillé pour Valeo Sainte-Florine.
Quelle est votre activité ?
MGO signifie Mécanique Générale Outillage. Nous fabriquons des pièces mécaniques de précision et des outillages de découpe et d’emboutissage. On travaille également sur des moules d’injection plastique mais là plutôt pour la mise au point, la retouche et l’évolution des moules car la fabrication est souvent délocalisée. Nous avons également un bureau d’études pour concevoir des ensembles mécaniques.
Pour qui travaillez-vous ?
Nous sommes sous-traitants dans les secteurs de l’automobile, de l’aéronautique, du pneumatique ou encore pour des bureaux d’études qui conçoivent des machines spéciales. La plupart de nos donneurs d’ordre sont à l’échelon régional.
Est-ce un point fort d’être implanté dans ce secteur géographique ?
Dans notre domaine d’activité, c’est toujours mieux d’être proche des donneurs d’ordre. C’est plus facile pour suivre les projets et cela permet d’avoir un contact direct. D’ailleurs si l’entreprise est née et s’est développée ici c’est parce qu’il y avait un tissu économique important autour de l’automobile et de l’aéronautique. Toutefois nous sommes assez éloignés de nos fournisseurs et cela peut poser des problèmes car les délais pour honorer les commandes sont de plus en plus courts.
Vous avez récemment investi. C’est une nécessité dans ce secteur ?
Ces dernières années nous avons investi dans une machine à électroérosion à fils performante, dans deux tours à commande numérique dont un avec un axe qui permet de faire du fraisage. En 2013 nous avons rentré une machine d’usinage cinq axes qui nous permet des gains de productivité car on peut usiner dans plusieurs positions sans démontage de la pièce. C’est un coût de 125 000€ mais cela nous a déjà permis de prendre des affaires pour lesquelles on ne pouvait pas intervenir ou alors nous étions trop chers. De toute façon nous investissons régulièrement pour obtenir des marchés. C’est essentiel pour rester compétitifs. L’usinage est de plus en plus complexe donc il faut avoir des machines adaptées.
Quelles ont vos perspectives ?
Le contexte économique est très difficile actuellement mais grâce à notre savoir faire et à notre réactivité nous arrivons à maintenir l’activité.
Nous avons besoin de personnel qualifié mais il est très difficile de trouver du personnel formé d’autant plus avec la fermeture des lycées professionnels (comme celui de Sainte-Florine). Il est grand temps de valoriser les métiers manuels. Nous avons choisi de miser sur l’apprentissage pour essayer de remplacer les futurs départs à la retraite.
 
Barbier MGO
2 route du Pré Long
43390 Auzon
Tél : 04 71 76 11 52